La filature Terrade : de la fibre à la couleur

La filature Terrade : de la fibre à la couleur

Tout près d’Aubusson dans la campagne creusoise de Felletin, la filature familiale Terrade se joue de la modernité en perpétuant le filage et la teinture de la laine au bord d’une petite rivière que l’on peut suivre à travers bois….. Ce n’est pas juste une image d’Epinal ….. nous sommes là au cœur d’une campagne qui a conservé son outil de production et qui permet aujourd’hui à la filière laine de penser son développement.

En effet la filature transforme la laine à partir de 30 kg. Cela permet à de petits éleveurs, de plus en plus nombreux, qui cherchent aujourd’hui à optimiser leur activité, de se tourner vers la valorisation de leur laine, une matière qui jusque-là était plutôt vendue quelques dizaines de centimes d’euros pour l’industrie textile asiatique.

 

 

 

 

 

 

 

 

La laine arrive à Terrade une fois lavée. En visitant les lieux on peut suivre toutes les étapes de transformation : la laine est nettoyée dans des systèmes de souffleries trieuses qui la débarrasse des herbes restées accrochées malgré le lavage. Elle est ensuite cardée, c’est-à-dire peignée de façon à aligner les fibres et à constituer une nappe vaporeuse de plusieurs centimètres d’épaisseur. C’est à ce stade de nappe que la laine est vendue aux fileuses au rouet ou pour le feutrage.

Dans la chaîne de transformation sur les machines, la nappe continue son parcours et passe dans des peignes qui la divisent pour aller jusqu’à la première étape, celle des brins qui viennent s’enrouler sur de grosses bobines en fin cycle.

Les bobines de brins passeront dans une seconde machine où ils seront croisés entre eux pour former des fils de 2 à plusieurs brins, d’une ou plusieurs variétés. D’autres matières sont aussi traitées ici : la soie, le lin et toutes sortes d’autres fibres.

 

 

 

 

 

 

 

 

A ce stade on obtient donc des laines de la couleur de la laine d’origine : blanche, beige, marron, noire, chinée, grise…..

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les ateliers de coloration, de grands bacs et des études de séchage : la laine est installée en écheveaux sur des barres au-dessus des bains de teinture. Elle sera descendue pour être teintée puis rincée.

Les écheveaux passeront alors en étuve de séchage pour finir, selon les commandes en vrac ou en pelotes.

Dans la boutique attenante aux ateliers on trouve quelques vêtements mais surtout de belles laines naturelles en écheveaux ou en nappe.

Nous suivre sur Facebook