Quelques jours à Lauris

Quelques jours à Lauris

by Admin@mgsu2017, 4 mai 2017

Quelques ruelles serrées autour de l’église, surplombant la Durance, le village de Lauris recèle comme un écrin un lieu magique entre tous pour qui s’intéresse à la botanique tinctoriale.

Près du château, sur le flan du coteau, les jardins de Lauris abritent la plus grande collection européenne de végétaux colorants. Fondée par Michel Garcia, presque Pape de la chimie des couleurs naturelles, l’association Garance gère maintenant ce bel endroit et propose toutes sortes de stages, d’animations et de formations à la teinture.

Un bel atelier, un botaniste, une boutique, des animateurs, des bénévoles et une présidente on ne peut engagés, une mairie partie prenante… Et vogue ce beau navire sur les hauteurs de Lauris.

Je suis venue y passer 5 jours pour creuser un peu plus du côté de ces couleurs naturelles que j’utilise dans mes formulations de bio matériaux. Curieuse de ce que je pourrais en faire pour mes prochains projets, mes recherches, mes clients.

Marianne nous a embarqué un lundi matin avec son beau sourire, sa passion, son enthousiasme communicatif ! Et nous avons découpé, broyé, concassé, pesé, chauffé, infusé, trempé, rincé, repassé, réchauffé, tamponné, mélangé, écouté, appris, testé, réussi, échoué, tremper encore, compté le temps, lié, partagé, échangé, interrogé, noté, échantillonné, distribué, étiqueté ….. Bref de mixtures en mixtures nous avons fait briller nos yeux, saliver nos neurones et arpenter pour souffler un peu les allées du jardin qui suivait timidement encore la poussée printanière du soleil.

Chacune à notre manière de femme nous avons constitué notre nuancier, agrémenté nos carnets: De nouveaux mots, pas tous dans l’ordre encore : mordancer les fibres cellulosiques, révéler les tanins au sulfate de fer, créer des réserves, aluner, mordancer, les flavonoïdes, les quinones, l’indigotine, le Mirobolant… J’ai aussi retrouvé les plantes présentes dans mes masters batch pour bio plastique : Garance, Réséda, Nerprun, Indigo, Cochenille et de nouvelles venues bien adaptées aux fibres textiles : le Sophora et son jaune vif, le Brou de Noix et ses douces couleur Chair, le Bois de Campêche et ses violets, et puis ces ressources dans nos cuisines : les peaux de Grenade donnant des tons jaune et d’Avocat des tons roses …. À faire sécher
absolument pour les prochains essais.

Et puis nos visites à la boutique : qu’allions nous poursuivre chacune dans nos ateliers ou sur le bord de nos fourneaux ? De quelles ressources complémentaires avions-nous besoin ? J’ai opté pour un ouvrage de référence de Dominique Cardon, anthropologue expérimentale passionnée des textiles anciens, spécialisée dans les modes traditionnels de teinture à travers le monde.

Quelques produits aussi : un mono bain pour la laine, un tube d’aquarelle, une encre végétale …

Et dans une petite boite, à la façon des souris, je ramène mon trésor : j’ai trempé dans les bains tout au long du séjour, de la bourrette d’Ortie : je ne sais pas encore quelle création elle viendra nourrir mais entre 2 dossiers je leur jette un coup d’œil, posés sur le bord de l’étagère près de mon bureau …… Elle vient du Népal …. peut-être un jour fera-t-elle l’objet d’un partenariat éthique pour un kit créatif !

See you soon !

 

 

Catégories

Nous suivre sur Facebook